Who makes the best rolex replica? You'll find out about it on our website - perfectrolex.io

Polytechnique, Dawson, Columbine, Virginia Tech, etc…

Polytechnique, Dawson, Columbine, Virginia Tech, etc...

Le 16 avril 2007, l’Université de Virginia Tech a connu le pire massacre qui ait eu lieu dans les écoles et universités avec un record de 33 morts. L’horreur, du sang partout, des sauts par les fenêtres... indescriptible ! Il s’agissait du 25ème meurtre dans les écoles américaines.

La liste des tueries dans les écoles du Canada et des USA est longue et ne semble pas vouloir s’arrêter. « À quand le prochain ? » Et la PEUR croît, et la pression pour le contrôle des armes à feu s’intensifie. On cherche même à trouver un moyen de dépister les « psychopathes » à temps !

Voilà le tableau identique qui se répète inlassablement depuis quelques années : la mort de victimes innocentes causée par un tueur fou et armé. À chaque occasion, l’événement nous attriste, nous sidère, nous plonge dans l’effroi, nous glace le sang dans les veines. Par-dessus tout, il nous met face à notre impuissance devant un danger contre lequel nous ne pouvons rien. Comment arrêter et prévenir pareil carnage ?

Appel au bon sens 2Et si on cessait de gober la version officielle dont nous nourrissent les autorités à travers les médias, et qu’on regardait les faits avec les yeux du bon sens, on pourrait peut-être se poser des questions élémentaires, telles que :

  • Il y a un PROGRAMME de massacres répétitifs dans les écoles.

Quel est-il ? D’où vient-il ? Où va-t-il ?

Rien de tel n’existait auparavant (sauf un cas isolé au Texas en 1966). Ces tueries en série ont débuté en 1989 avec le massacre des 14 étudiantes de l’École polytechnique de Montréal. Elles continuent de plus belle depuis. Et toujours avec le même scénario d’un tueur fou et armé. Que se passe-t-il ? Qu’y a-t-il de nouveau depuis 1989 qui ne cesse de tuer ? D’où viennent les tueurs ? Qu’est-ce qui les pousse tous à commettre les mêmes meurtres de la même manière ? Les jeunes sont-ils devenus fous ? Ils semblent avoir « attrapé » la même maladie. Mais ils sont malades de quoi ? Et pourquoi tuer ? Tuer quantité de personnes sans motif ? Des meurtres même pas passionnels ? La folie ne pousse pas les gens à tuer. Les antidépresseurs amènent agressivité et suicide, c’est bien connu, mais pas des meurtres en série sur des étrangers. Quelle maladie peut bien faire faire la même tuerie massive à des jeunes gens différents ? Et toujours dans les écoles ?

Il y a manifestement une volonté organisée derrière ces massacres en série. Qui peut arriver à faire faire des meurtres identiques à plusieurs personnes ? Qui ou quoi détient ce pouvoir ? Nous savons que la technologie de contrôle de la pensée est avancée et qu’une personne appelée un « handler » (qui tient la manette) peut faire faire ce qu’elle veut -même à distance- à un « robot humain » porteur d’une puce implantée dans le cerveau. Cette technologie vient des camps de concentration nazis et a été, après la guerre, poussée et raffinée de façon intense par la CIA. Cette dernière a pratiqué ses expériences sur des militaires, prisonniers, malades en instituts psychiatriques, enfants orphelins ou pensionnaires, pendant les années 50 et 60... et le fait encore. C’est à ce genre d’expérimentations qu’ont servi les enfants de Duplessis, au Québec. Si c’est le cas, qui se cache derrière la manette... qui ordonne au tueur de tuer ? Allons voir...

  • Cui bono ? À qui profite le crime ?

Sûrement pas aux tueurs. En général, ils se tuent eux-mêmes après avoir terminé leur fusillade. Au mieux, ils se retrouvent en prison pour des années interminables. Sûrement pas aux personnes assassinées. Et encore moins à leur famille. Sûrement pas aux écoles et universités. Où est le profiteur, alors ?

Il suffit d’écouter le blâme qui vient avec les reportages dans les medias : le droit de port d’armes et la vente libre des armes à feu sont les coupables. Écoutons aussi les conclusions uniformes qui s’ensuivent et semblent couler de source : imposer une loi qui contrôle les armes à feu ! La possession d’armes à feu a toujours existé, sans qu’il y ait des tueries dans les écoles. Qu’est-ce qui fait qu’aujourd’hui elles soient responsables de ces meurtres ? Pourrait-il y avoir un lien entre les instigateurs des massacres et ceux qui désirent désarmer la population ? Qui donc a intérêt à ce que l’on passe pareille loi ? Peut-être ceux qui sont au-dessus de la loi et qui demeureront les seuls armés en cas de conflit ?... Quel conflit ? Peut-être celui qu’ils préparent ???

Une chose est certaine, les rébellions sans armes sont impossibles pour un peuple mécontent. Seuls les soldats et les policiers auront droit de port d’armes, aux ordres des autorités du pays.

Se pourrait-il que les autorités créent les fusillades dans les écoles pour imposer une loi coercitive qui force le désarmement de la population ?

Au Canada, la loi est déjà votée.  Il a suffi de 5 ans après le massacre de Polytechnique -avec le petit incitatif des 4 morts de Concordia-. Ce sont les mères des jeunes filles assassinées à Polytechnique qui ont fait la promotion de la loi et le peuple a fini par fléchir. Or, il s’avère que l’opération de contrôle des armes à feu coûte beaucoup, beaucoup plus cher que ce que les autorités avaient annoncé et que des fonds supplémentaires considérables devront être investis à nouveau. Loi impopulaire, coûts encore plus impopulaires. Cela expliquerait-il le petit rappel à l’ordre exécuté à Dawson en septembre 2006 ? Ainsi que l’engagement du premier ministre du Québec, lors des élections du mois dernier, de faire de cette loi sa toute première priorité ?

Aux USA, la résistance est bien plus grande. Le droit de port d’armes est garanti par la Constitution américaine et le peuple y tient. La National Rifle Association est riche et puissante. Il se pourrait que quelques autres massacres -de plus en plus sanglants- soient nécessaires pour en venir à bout et mettre ses membres à genoux.

ÉCOUTONS PERSONOCRATIA

Ces tueries répétitives sont manifestement programmées et leur but, annoncé : contrôler les armes à feu de la population. On reconnaît la vieille formule millénaire PROBLÈME-RÉACTION-SOLUTION décrite par David Icke. Pour forcer une décision impopulaire, on crée un problème tragique que l’on médiatise abondamment, on amène les gens à réagir et exiger que ça cesse, et on arrive avec la solution que l’on voulait imposer au départ. Ça marche à tout coup!

Et la tragédie humaine repart, dans son triangle infernal, avec ses trois mêmes personnages : la victime impuissante, le MOUTON; agressée par le bourreau, le LOUP; secourue par les autorités, le BERGER. Il est dorénavant facile d’imaginer qu’il suffit au berger de faire peur aux moutons en sacrifiant quelques victimes au loup pour ramener ses brebis au bercail et leur imposer sa loi. Et le tour est joué  ! Voilà des siècles que la recette fonctionne, et toujours avec succès. Parce que jamais les moutons ne pourraient imaginer que leur « Bon Pasteur » (les autorités) puisse les tromper de la sorte pour arriver à ses fins. Ils sont trop inconscients pour cela. Ils croient même encore que « public » veut dire bon pour le peuple !... Oui, les fusillades vont continuer tant que les autorités en auront besoin pour amener la population à accepter la loi sur le contrôle des armes à feu. SAUF SI...

                                                       Je me souviens de qui je suis

Je ne suis pas un mouton ! Je me suis trompée d’identité. J’ai oublié qui je suis ! Pas de mouton, pas de berger, pas de loi... pas de tuerie. Cela change toute l’histoire !

Qui suis-je alors ? Je suis la jument ailée, créatrice toute-puissante et illimitée. Je ne suis pas séparée comme je croyais l’être, pauvre créature d’un créateur extérieur. Je suis à la fois créatrice et créature de moi-même et de tout ce qui arrive. Je suis donc et les tueurs et les tuées; et surtout pas la spectatrice impuissante d’une tragédie humaine.

Dans cette perspective, les fusillades ont un sens. Elles servent à me secouer, me réveiller de mon profond sommeil millénaire d’inconscience. Tant que je demeurais dans mon petit confort habituel, je ne me posais pas de questions. Comme un robot, je continuais mon programme de TSVM (Travailler, Souffrir, Vieillir, Mourir) de plus en plus encroûtée dans ma petite vie imbécile et mon activité sans but. Fort heureusement, mon âme est intervenue en me faisant voir sur grand écran de quoi est capable un robot humain, où me conduit mon rôle de pauvre mouton.

C’est un cadeau que je me fais et je remercie du fond du coeur les acteurs de cette expérience. Fini le drame avec ses victimes et coupables. Je vois dorénavant tueurs et tuées comme des complices d’âmes consentantes à jouer ce rôle d’éveilleuses de conscience.

Je constate que les fusillades dans les écoles sont une nécessité évolutive et, dans cette optique, je conclus qu’elles sont une bénédiction!

Who makes the best rolex replica? You'll find out about it on our website - perfectrolex.io